Peynet

 

Peynet

Roland Barthes, en bon vénusien automnal, n'a pas manqué de broder doctement sur les infinies finesses du discours amoureux. Raymond Peynet, autre enfant de l'automne, ne s'en est pas privé non plus à sa manière : les bonnes manières de ses petits dessins en forme de billets douceâtres. L'agence matrimoniale symboliste se frotte les mains; jolie fleur plantée en plein cœur du jardin public de la Balance, la rosissante Vénus y fait à point nommée la rencontre de Mars, le soupirant mythologique de ses rêves. Hélas, hélas, quatre fois hélas, la pauvrette se trouve en même temps malmenée avec un touchant ensemble par la Lune, Uranus, Saturne et Neptune. Plus qu'il n'en faut pour la vouer, semble-t-il, aux idylles tragico-romantiques, enfiévrées, douloureuses et chaotiques à souhait ...

Au paradis de Peynet, cependant, nulle trace de tumultes et tourments de ce genre, ils ont dû se noyer dans quelques ruisseaux de guimauve. On passe surtout son temps à se soucier de l'heure du prochain rendez-vous au pied de l'horloge à aiguilles en forme de cœur. Sera-ce là "passionnément et demie" ou "à la folie moins le quart" ? En attendant l'heureux moment des retrouvailles, le petit poète tout tristounet compose au milieu des fleurettes un madrigal gentillet pour sa dulcinée. Puis, escorté de roucoulantes colombes, il s'en vient tendrement le glisser sous la porte de la belle. Dans un enveloppe en forme de cœur, cela va de soi.

La passion idéalement indéfectible de nos deux héros de papier, on le voit, ne lésine guère sur les lieux communs, poncifs et autres stéréotypes, dût-elle s'en affadir souvent jusqu'à la niaiserie. Du moins cela évite-t-il toute surprise désagréable à la pauvre Vénus. Elément fragile du thème, elle abrite ainsi son insécurité passionnelle derrière les dominantes : Lune en Lion conjointe à Jupiter en Vierge, et Soleil conjoint à l'Ascendant Sagittaire.

Hormis sa participation à la forte empreinte automnale, le Scorpion ne semble guère jouer que sur le mode inactuel, vivant le manque de déblocage par l'impossibilité de sortir des clichés obsessionnellement répétitifs. A ce propos, signalons que parmi les violons d'Ingres de Peynet figure en bonne place, comme par hasard, la collection des automates ...

Dans la même ligne de cet envahissant niveau R, impossible de ne point évoquer les innombrables cartes postales, poupées et bijoux se disputant l'honneur payant d'afficher l'effigie des petits amours modèles. Peiné peut-être - comme l'orthographia un cancre de Jean-Charles - notre cher Raymond, en tout cas, a fort bien su faire son beurre avec les émois pasteurisés de ses tourtereaux.

 

Peynet 2