Tetsu

 

Tetsu

 

Même pas le ciel bas et lourd de Baudelaire, ce matin; un ciel tout bêtement et tout platement grisounet qui pèse comme un couvercle de pot-au-feu ronronnant ... Atmosphère idoine pour cerner Tetsu; la continuité dans l'homogène, y a que ça de vrai, surtout avec un trigone Soleil-Lune angulaire : "La fierté que j'aurais serait d'avoir décortiqué tout un petit monde, d'avoir une certaine cohérence dans mon univers ..."

Un univers filtré à la grille de la prison scorpionnesque marinant dans les vases clos du Cancer et de la Lune, une Lune qui se replie comme un huître chatouillée face à un Mars/Taureau bien peu récréatif et recréateur, et puis la faible excitation, et puis l'ornière de l'induction négative ... Mais Siné, grand ami de Tetsu, vous dépeindra mieux que moi le résultat : "Aucun d'entre nous ne l'égale dans le domaine de la morosité, du cafard, de la tristesse, du maussade. Il est le seul à réussir des scènes qui sentent le renfermé, le moisi, le pipi de chat."

Ce vieux couple avachi par le retour d'âge, ce quinquagénaire couard et résigné devant le celluliteux dragon qui lui sert d'épouse ne sont pour lui, dit-il, qu'un biais pour dénoncer l'individu passif mis sous cloche par l'étouffoir social. Coincés dans la terne impasse d'un quotidien sans envolées, cramponnés tant bien que mal aux poncifs sécurisants de Soleil-Jupiter, ses personnages sont bouffis de mesquine suffisance et d'ambition dérisoire. Le peintre du dimanche immortalise mille fois son poisson rouge, le cycliste arbore une limitation de vitesse à 85 km/h, le monsieur décoré s'évide la barbe pour mieux faire admirer son petit ruban.

Dans un tel contexte, le pauvre Mercure en Lion, tout culminant qu'il soit, a bien du mal à prendre un positif essor, surtout avec l'opposition d'un Uranus prompt à le rappeler à l'ordre du R. Ses jeux futiles, avec dessins à l'appui, n'en sont que plus touchants : "Même les personnages les plus haut placés, les plus sérieux, les plus rassis, je les mets au défi de n'avoir jamais fait une grimace devant une glace, de n'avoir jamais mis une brosse à dents sous le nez pour se faire une moustache ..."

Meilleurs alliés des velléités mercuriennes s'avèrent Pluton en zone sensible et Neptune culminant conjoint au Soleil. Perturbant le calme plat des stéréotypies quotidiennes, voici de l'eau qui dort émergent sans crier gare l'imprévu, l'insolite, l'incroyable et le renversant : de la pipe du père tranquille jaillit tout un feu d'artifice, tandis que le peintre susnommé promène en laisse son poisson rouge sous la pluie; le chien se soulage debout contre un mur comme son maître, la poule pond un bondissant bouchon de champagne; vous nouez sans y prendre garde un lacet de dentifrice, ou bien la patte de votre baignoire vous retient en marchant sur le coin de votre sortie de bain.

Mais qui peut dire, avec l'ultra-paradoxe ambiant, si c'est le banal qui devient bizarre ou le bizarre qui se banalise ? Le train-train de la vie domestique, croyez-en Tetsu, c'est beaucoup plus épouvantable qu'un film d'épouvante. Il suffit d'une araignée qui descend de votre plafond pour vous dévoiler d'insondables abîmes.