Cabu

 

Cabu

Vous avez vu l'opposition de Pluton à cet amas tout farci de R ? Diagnostic de révolte et d'insubordination. Mais notez bien, je vous prie, que "ce spadassin qui s'acharne sur des baudruches ... ne touche jamais qu'aux stéréotypes et aux préjugés, qu'il traite comme de véritables idées." Ainsi vaticinait Annick Banalec dans le défunt ASTROLOGIQUE, à propos d'un Michel Lancelot né quatre jours seulement après le brave Cabu. N'en déplaise à notre estimée consœur, il est parfois bon, à titre préventif, de ferrailler contre les baudruches : véritables ou pas, une idée reçue peut faire très mal quand on s'en reçoit les retombées sur le coin de la figure.

Demandez donc à Cabu de vous évoquer la grâce diaphane des bulldozers massacrant la ville de son enfance, la suave immatérialité d'une centrale nucléaire, l'arachnéenne transparence d'une armée qui pille et qui tue. Avec son Mars angulaire au sextil de Vénus-Soleil, il sent trop bien dans sa chair comment se concrétisent les idées-baudruches enfantées sous la calvitie naissante des beaufs, ces gros abrutis moustachus qu'il définit en ces termes : "C'est cette catégorie de gens qui ne se posent jamais de questions, ils foncent ... ça c'est affreux, car il faut toujours avoir un doute, quand même !"
Avec Pluton-Saturne-Mercure puissants, Cabu n'a rien d'un beauf : la convergence vers le T, ça fait davantage les grands douteurs que les petits dictateurs.

Mais le moi foncier de Cabu, non contradictoire avec ce qui précède, c'est avant tout cette Lune en Gémeaux encore plus gémellisée par les dissonances de Neptune et de Mercure.
Le moi foncier de Cabu, son alter ego, c'est une grande asperge pensante répondant au nom de Duduche et à la description ci-après, due à Gérard Vincent dans LE PEUPLE LYCEEN : "Encore mal défini, plein de rêves et de virtualités, ni déformé, ni socialisé, naïf, au regard neuf ... fantaisiste, bucolique, incertain, c'est à dire le négatif de cette société bureaucratique, organisée, programmée ... il n'est pas encore fermé." C'est là aussi tout le style "reportage vécu" cher à Cabu : recherche de la vie, de la spontanéité, du mouvement, capture immédiate des attitudes et des physionomies, scènes campées d'un trait souple et volage comme l'instant qui passe. Prompt à saisir au vol l'anecdote la plus significative, notre Lune-Neptune, qui se considère à juste titre comme "un mec d'impressions, d'atmosphère", se double par Mercure d'un insatiable voyageur lorgnant bien plus loin que le bout de son nez.

Cette ouverture tous azimuts, on le conçoit sans peine, a pour cruel revers une vulnérabilité d'écorché vif. Et qui pourrait mieux l'écorcher qu'un Mars en Poissons, réalité intrinsèque des duels sans merci de l'existence ? La conjonction à Saturne et l'opposition à Neptune en signes de choc des contraires ne font que souligner sa carence de T. Les cibles favorites de Cabu, déjà évoquées, relèvent en priorité de cette formule négative : techniciens à courte vue, bruiteurs bornés, cogneurs sectaires, casse-cou aveugles, agresseurs triomphants ...
Pour se défendre contre les briseurs en tout genre, le bouclier d'un humour décapant s'avère donc nécessité vitale, et ces armes bien Capricorne-Poissons que sont le boycott et la résistance passive trouvent en Cabu un fort zélé propagandiste.
Cela dit, cher lecteur anti-beaufs, je vous déconseille fortement de boycotter les dessins du boycotteur.