copernic

 

Réflexions avant étude DXA en rubrique Méthodes

Extrait d'Analyse d'ouvrage, à la page http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhs_0151-4105_1974_num_27_4_1109 :
Nicolas Copernic, Œuvres complètes, vol. I, Paris-Varsovie-Cracovie, C.N.R.S. et Académie polonaise des Sciences, 1973, 21x31 cm, xiv-52 p., 220 feuilles en fac-similé, 23 pl.

L'influence de l'œuvre de Copernic dans le domaine de la science, et de la pensée humaine en général, est un classique sujet d'études : la révolution copernicienne a eu une portée considérable.
Cette influence est due aux méthodes employées, et à la nature du sujet traité, plus qu'aux stricts résultats obtenus. Ceux-ci ne constituent pas réellement une démonstration de l'héliocentrisme ; ils apportent un mode de description des mouvements qui est apparemment contraire à nos perceptions, mais qui explique plusieurs phénomènes. L'héliocentrisme se trouvera prouvé expérimentalement, en 1728, par la présence d'un petit mouvement annuel de toutes les étoiles (et abstraction faite de l'explication de ce mouvement par le phénomène d'aberration) ; la chaîne des événements qui a conduit Bradley à cette découverte (invention des lunettes, développement de la navigation entraînant celui de l'astronomie de position, application des progrès de l'observation au problème antique de la recherche des parallaxes stellaires) est, matériellement du moins, indépendante du groupe des travaux de Copernic, Kepler et Newton.
L'œuvre de Copernic, par sa date, pose un problème qui n'est pas bien élucidé. L'outillage mental et scientifique dont Copernic s'est servi existait déjà à l'époque de Ptolémée ; que dans de telles conditions un écart de quatorze siècles ait pu s'écouler avant que la théorie nouvelle ne soit construite constitue un phénomène sans précédent.*
Il est vrai que des progrès mathématiques ont été réalisés dans l'intervalle (notations, trigonométrie) ; mais Ptolémée savait résoudre des problèmes aussi difficiles que ceux qu'a dû aborder Copernic. D'autre part, dans les milieux s'adonnant à la recherche, l'autorité des Anciens n'était pas aussi absolue qu'on l'imagine couramment ; même les principes d'Aristote n'avaient pas le caractère d'une vérité révélée, mais de résultats solidement issus de l'expérience.
Par ailleurs, l'opposition à la remise en question des idées acquises n'appartient pas seulement au passé ; c'est un phénomène permanent.
Ainsi, lorsque Clairaut, à la suite d'un calcul incomplet, imagine de chercher (d'ailleurs à tort) à modifier la loi de Newton, Buffon lui opposera des arguments qui n'auront rien de scientifique; plus près de nous, les adversaires de la théorie de la relativité ont largement appelé le bon sens à l'appui de leur cause ; et, il y a peu, il était sage de ne pas mettre en doute la réalité de l'éloignement des quasars tel qu'il se déduit de l'application brute de la loi de Hubble à leur décalage vers le rouge.
L'édition des Œuvres complètes de Copernic ne constitue donc pas seulement un témoignage de fidélité à la mémoire du grand savant, ou un sujet d'intérêt pour le bibliophile averti ; c'est un document de travail.

Jacques Lévy.

* Mon explication :

1400 ans à freiner la pensée humaine pour lui barrer l'héliocentrisme, son intégration spatio-temporelle : c'est le chiel qui en est cause ! Sa chape de plomb "régressive anti-inté X", qu'on appelle à juste titre "obscurantisme", a neutralisé en Relation les retombées plausibles des réflexions de savants tels que Pythagore, Nicétas de Syracuse, Philolaos ( - Ve av. J.-C.), Platon, Héraclite d'Ephèse, Aristarque de Samos, ou plus près de nous, Nicola de Cusa et Régiomontanus, et bien d'autres honnêtes hommes, qui avaient déjà eu l'idée de l'héliocentrisme.
Et qu'un humble chanoine, à l'ombre de l'Eglise du chiel, retourna la situation en sa faveur est une finesse GEI qui ne manque pas d'humour !

Ce "phénomène sans précédent", d'après Jacques Lévy, est pourtant bien loin d'être isolé : ce sont de très nombreux élans vers l'Intégration que le chiel a ainsi bloqué en humanité vivante, et lorsqu'il ne le peut, il les récupère à son profit en détournant les œuvres et les hommes pour son imposture, sa domination et son plan ... C'est simple à observer : de toutes les richesses que GEI distribue à tout le monde tout le temps, il ne reste au pouvoir en Relation, sous toutes les latitudes et à toutes les époques, que les arrêts du chiel utiles à sa régression perpétuelle ! L'Histoire en est remplie d'exemples et ce n'est pas celui du nucléaire moderne qui va contredire ces faits. => Lire ceci : accablant !
Quels rapports directs entre E=MC2, la bombe H et les Centrales nucléaires ? La récupération chielleuse du génie humain, rien de moins !

Derrière les lobbies atomiques se cachent d'autres raisons que l'économie et l'énergie seules : il y a une volonté de destruction, rapide et lente, de l'Humanité, car l'atome peut tou(te)s nous tuer, voire faire sauter la Terre ! Voilà pourquoi il est favorisé par le chiel, semble indéboulonnable et fatidique, au grand détriment des énergies renouvelables, bien moins dangereuses pour nous et la nature. Nous avons à découvrir, inventer et apprendre ce qu'est une "société sans chiel" car nous l'ignorons depuis toujours, c'est ça "la révolution contemporaine des temps modernes" et c'est tout sauf un programme politique, même avec des conséquences mondiales pour elle.

Le 21ème siècle sera donc sans chiel ou ne sera pas, car celui-ci peut nous pousser à "tout faire péter", en son baroud d'honneur avant sa fin annoncée, il y a un risque réel ... Fort heureusement, l'Avenir est déjà en route, le chiel est dépassé, le Ciel est fin prêt, l'Humanité a mûrit et la jeunesse du monde relève les défis de la vie : à contrario de toutes ces apocalypses chielleuses, c'est bien la Pax Humana qui se dessine et c'est précisément pourquoi le chiel s'excite tant à la combattre ! D'ailleurs, c'est sa précipitation à nous éradiquer avant le non-évènement de sa disparition, qui signe tous ses coups pourris actuels pour diminuer notre nombre en provoquant les guerres, les pollutions, les intégrismes, les crises "économiques", les accidents nucléaires, chimiques, industriels, pétroliers etc.

Car lui sait que dès la Pax Humana sur Terre, non seulement il s'évanouit en PNE, mais un étrange phénomène physique global apparaît, allant d'ici-bras jusqu'aux confins de l'Univers et changeant radicalement la donne de la Vie : le début de l'union du petit et grand réel, offrant la possibilité créatrice de "Vraie Vie pour tout le monde en toute la Création", selon le désir de partage intégral de notre Créateur. On voit l'enjeu véritable de la Paix sur Terre : sans elle, on ne peut "exporter grand réel" nos modèles de vies chiéllées, alors qu'avec elle, cela s'étend au Ciel entier. Et là, ça vaut le coup !