PRINCIPES DE LA MÉTHODE DXA EN GEI

Les fondamentaux sont :

• l'Observation des paramètres visibles (le dessin et le coup d'œil)
• le Calcul des paramètres non-visibles (la Hiérarchisation et l'Hérombre)
• le Contact communiel au Système solaire (le vécu de l'observateur)
• l'Écoute de GEI en son cœur (la retenue interprétative et le "blanc X")

L'observation des paramètres visibles :

Il est recommandé de commencer par dessiner les thèmes à la main ou avec illustrator (Adobe), car on apprend beaucoup de choses ainsi, en travaillant plus lentement ... Le seul logiciel existant (voir rubrique idoine en soriade) ne brillant pas non plus par son esthétique, mieux vaut encore se payer les dessins pour un résultat plus favorable à nos yeux.
Mais de toutes façons, s'il est une chose qui demande une attention soutenue et détachée en même temps, c'est bien celle d'observer finement 4 thèmes à la place d'un seul !
Qui ne s'y perdrait pas ?
Déjà qu'avec un seul thème, on passe trop souvent à coté de ce qu'il est utile de voir, pour de nombreuses raisons :

• soit par manque de méthode appropriée
• soit par inexpérience ou confusion d'esprit
• soit par symbolisme, interprétatif avant même d'avoir fini, par définition
• soit par précipitation de l'esprit à comprendre avant d'avoir clairement vu et mesuré
• soit par forçage relationnel où la personne concernée vous pousse à "tout savoir tout de suite"
• soit par vanité d'Astrologue, inquiète d'un "pouvoir de divination" possiblement non reconnu
• soit par pur mercantilisme, pressé de toucher ses dividendes
• soit par vampirisme et goût de la manipulation, tout aussi pressé de "tailler un scalp"
• soit par oubli de GEI et son corollaire "la baudruche Sujet" ...

Or donc, le fait d'avoir 4 thèmes à bien regarder pousse naturellement à l'ordre, à la prudence, à la précision et à la synthèse globale.
Si l'esprit s'agite quand même en vous, un bon dérivatif consiste à noter rapidement les choses qui viennent spontanément, puis de continuer à observer en les oubliant, car il peut être bénéfique de les confronter ensuite au résultat final. Mais surtout, ne vous y arrêtez pas, car vous mettriez la charrue avant les bœufs.

J'estime important de toujours commencer par l'Héliocentrisme, car sans lui nul(le) ne peut réellement comprendre les autres, les deux "sous-thèmes" du topo-géo-écliptique, l'équatorial et le local, ont tous ensemble dépendance structurelle au premier, le plus intégrateur de tous.
Puis de continuer l'observation par le topo-géo-écliptique, par l'équatorial ou le local (IROS), selon sa propre sensibilité, son inspiration, son discernement et son flair .
Mon choix personnel est Intégration / Objet, puis Sujet / Relation : c'est à dire que j'observe en premier l'Héliocentrisme, puis l'équatorial, puis le local et à la fin le topo-géo-écliptique. Ce choix a de profondes raisons que je développerai au fur et à mesure de ma démonstration.
N'oubliez pas de bien prendre le temps suffisant pour observer chaque référentiel SORI, c'est au stade de l'HérOmbre que leur synthèse globale se construira.

Distinguer pour unir est la devise du Ciel :

• La première chose que je regarde, ce sont les positions des corps planétaires en signes, car elles priment pour les terriens.
• La seconde est les Aspects interplanétaires et leur forme dûe à la représentation circulaire en 2 D, qui en schématise le dynamisme
• La troisième est la cinétique RET/Contact, dans le sens réel orbital en Hélio, Éclip, Équa, mais apparent en Local, qui en concrètise le fait
• La quatrième est la spire apsidiale (angles positions corps planétaires // Aphélies-Périhélies/Nœuds), réservée à l'Hélio seul, ouverte Inté X

Il est très utile de regrouper en Pouvoirs RET d'abord (Terre-Lune hélio + Soleil-Lune géo + Mars et Pluton en tous), puis en familles RET, pour bien observer la position des relais RET dans l'Axe des Pouvoirs ... voir la partie consacrée au COMAC pour plus d'infos sur le RET (en construction).

Je pourrais vous parler des Latitudes écliptiques, vues de la tranche, mais rien n'est encore ni figé, ni décidé : leur représentation pose problème, même avec des degrés élastiques qui trompent plus qu'ils n'éclairent la chose. Aussi, je conseille de les observer en calculant les degrés exacts et en repérant les familles RET Nord-Sud.

Il est une chose importante que beaucoup semblent ignorer, c'est la clarté du dessin : plus il est embrouillé, plein de croisements de traits, de symboles inutiles, de surcharges et de laideurs graphiques, plus il devient difficile d'y voir clair ... Avec un seul thème, on peut s'en aider quand même, mais pas avec 4 !
Pourquoi mettre aussi tous les types d'aspects, même aux "Angles", avec les points fictifs non réels, les mi-points et autres symbolisations non fondées ?
Avec 4 thèmes en SORI, vous n'en n'aurez nul besoin, car ce kaléidoscope quaternaire du réel porte déjà sa vertu signifiante en soi, qu'il vous reste à découvrir ...

Pour le dessin, éviter que les Aspects Discontinus en pointillés rouges ne croisent les Continus en traits pleins bleus, que les traits de positions planétaires ne traversent le zodiaque (c'est pourquoi je mets des ronds à l'intérieurs, comme rappels visuels), conservez l'équilibre des formats Planètes/Zodiaques (ni trop gros, ni trop petits et sans débords en fin/début de Signes), les chevauchements disgrâcieux des symboles planétaires entre eux; pour le repérage mettre les planètes rapides devant et les lentes derrière, celles avant au dessus et celles après en dessous, dans le sens du Contact; les chiffres de positions se doivent aussi d'être d'un format équilibré, sans toucher le dessin des symboles planétaires tout en restant visuellement accessibles, enfin essayez de ne garder que les éléments essentiels, car plus vous multiplierez les choses à regarder, moins vous pourrez voir, justement ... "Tant la chose en preuves abonde".

La beauté et la clarté des dessins aident considérablement à l'émergence de la vérité du Ciel en nous, je vous recommande donc une épure graphique propice au Sens.
Car le but de tout cela est de permettre à l'œil une vision à la fois globale et clairement détaillée, où l'esprit qui regarde par lui peut yoyoter à volonté en des allers et retours incessants, puisant l'information où bon lui semble sans craindre l'éparpillement mental ni la saturation visuelle.
Je dois avouer que dans mes recherches graphiques, vouloir faire trop beau artistiquement nuit à la clarté de la vue et du sens ... mais que sans ce souci-là, tout le monde s'y perd !
Un juste milieu est donc nécessaire et je vous invite à le découvrir par vous-même, car à chaque œil son regard ... Voir rubriques Thèmes et Recherches comme exemples du mien.

Le calcul des paramètres non-visibles :

Après les dessins et leur observation profonde, il est temps de passer aux choses moins évidentes ...
La Hiérarchisation des thèmes et leur synthèse en HérOmbre ont été un des grands apports techniques du COMAC à l'ensemble de la communauté astrologique. Si l'idée n'est pas nouvelle (Maître de nativité de Volguine, par exemple), la méthode est révolutionnaire, en ce sens qu'elle transcende tout symbolisme, est rationnelle, logique et solide, ayant fait ses preuves en de nombreux cas.

Le seul problème que j'ai rencontré, c'est de pouvoir l'étendre aux 4 Référentiels SORI ! J'en ai donc gardé le principe ordinal des Rangs relatifs et l'ai modifiée en fonction des paramètres retenus pour chaque référentiel, avec une seule vraie innovation de ma part : la hiérarchisation calculée numéralement de chaque paramètre indépendamment des autres, la somme des rangs obtenue ensuite formant le résultat hiérarchique final de chaque Réf', puis la somme des sommes des 4 constituant l'ultime hiérarchie.
Tout repose sur le fait qu'aucune orbite planétaire n'est parfaitement circulaire, a de nombreuses variations séculaires et autres "anomalies", que tout critère est susceptible d'être mis en échelle minima-maxima de 1 à 10, et en les comparant entre elles selon leurs propres échelles avec la même pour toutes, nous obtenons un classement ordinal de l'ensemble, spécifique au moment cosmique étudié.

Ce faisant, j'ai bien eu conscience que par là j'égalisais la valeur des paramètres entre eux, alors que le COMAC préconise l'Angularité topo-géo-écliptique comme plus importante, ensuite les Aspects, les Signes, les Vitesses et les Hauteurs, par ordre décroissant. C'est très bien en Relation, son référentiel unique d'observation astrale, mais en Hélio, en Équatorial et en Local pur, ça n'allait pas. Alors, plutôt que de répéter la même démarche là où les critères hiérarchiques changent, il m'a semblé judicieux de tester la valeur de nouveaux paramètres sans préjuger de leur ordre d'importance avant leur introduction. Cela permet ainsi d'en rajouter ou d'en enlever à volonté, au grè de nos astronomiques connaissances et autres découvertes imprévues.

Je vous livre le résumé des paramètres retenus, propres et communs, en signalant que dans l'exposé des outils, schémas et explications seront bien plus conséquents :

Hélio-écliptique (Intégration)

Influence gravitationnelle hélio
Aspects
Vitesse orbitale hélio
Angularité apsidiale
Angularité Nodale

Géo-Équatorial (Objet)

Angularité péri-apogéique
Aspects
Vitesse géo-équatoriale

Local seul (Sujet)

Angularité Lever-Coucher/Nord-Sud
Aspects
Hauteur Diurne-Nocturne

Topo-Géo-écliptique (Relation)

Influence gravitationnelle géocentrique
Aspects
Angularité Horizon-Méridien
Vitesse géo-écliptique

Prospective :
Le statut très particulier de la Hiérarchie finale, intégrant les 4 autres et leur échappant, demande encore plus de recherches : la 5 ème ouvre une perspective X non encore explorée jusque là, par faute de moyens logiciels permettant une intégration numérique supérieure, comme tester d'autres systèmes de coordonnées en Hélio et y avoir la représentation exacte du système Terre-Lune, hiérarchiser finement les magnitudes en local et les latitudes hélio-géo, les déclinaisons équatoriales, introduire les calculs barycentriques, les saisons planétaires propres et l'état d'équilibre de leurs satellites, les astéroïdes et sans doute d'autres paramètres astrophysiques non retenus à ce jour.

Le contact de l'observateur :

Prétendre faire de l'Astrologie sans vivre une réelle communion naturelle avec le système solaire, jusqu'à Pluton inclus, est une gageure sinon une imposture !
Depuis des millions d'années, c'est grâce à l'observation aimante, patiente, persévérante du Ciel étoilé que nos ancêtres ont pu en décoder les Signes, en remarquer les bizarreries et les étranges phénomènes, en admirer les beautés et surmonter collectivement, peu à peu, les innombrables difficultés qui s'offraient ainsi à leurs esprits.
Combien d'Astronomes ne sont-ils pas "amoureux du Ciel", alors qu'on ne peut les accuser d'Astrologie, la plus grande insulte à leur faire ?
Et combien d'Astrologues l'observent-ils encore, eux qui n'ont que leurs pauvres symboles pour tout vous expliquer ?

Lorsque je l'étudie, je communie avec le petit réel et ce vécu m'apprend tant de choses, que même toutes les plus belles techniques astrologiques ne sont rien en comparaison de ce que je reçois de lui. Ressentez-vous la Terre tourner sur elle-même à 1600 Km/H, fonçant à 108 000 Km/H autour du Soleil ? Non, et pourtant c'est la réalité ! Si vous preniez le soin de vous calmer, descendant dans les ondes lentes de votre cerveau en regardant un coucher de Soleil ou un lever de Lune, vous la sentiriez nous emmener à la vitesse V d'un admirable et majestueux vaisseau intersidéral, et cela vous donnerez une telle pêche, une telle reconnaissance envers elle et tout le système entier, que vous connaîtriez l'immense importance de l'Astrologie pour les terriens que nous sommes ... Elle révèle un des plus grands mystère qui soit : le miracle de la vie sur notre petite planète, qui paraît si fragile vue d'en haut, très exactement équilibrée en son système auquel rien ne peut être enlevé sans tout casser, tel un appui solide, fiable et vivant pour nous permettre d'aller plus loin, toujours plus loin dans l'inconnu de la vérité ...

C'est ainsi que le contact de l'observateur avec son objet d'étude est une condition pour piger autrui, l'aider à mieux comprendre par lui-même, et non tout deviner à sa place, l'inviter à une vie plus grande, plus dense, plus élevée, plus vraie tout simplement. Cela développe le "nez GEI", ouvre le cœur et l'esprit à ses grâces et fait de vous un vrai astrologue-astronome du "Bon Dieu", aux libres conseils de sagesse et d'audace, sans prise de tête à la noix et ouvert à X, en perspective croissante de "toujours tout apprendre de tout le monde".

L'écoute de GEI en son cœur :

GEI étant l'acronyme du Grand Esprit Incréé, est-ce réservé aux seuls croyants en Dieu ? Sans les exclure, tout porte à croire qu'il n'en n'est pas forcément ainsi, en tous cas pas d'une manière aussi simpliste : j'ai reçu de GEI d'immense grâces Intégration/Objet, alors que j'étais fort loin de toute pratique religieuse en Sujet/Relation ! Plutôt proche des summériens et des amérindiens, conditionalistes avant l'heure, c'est en contactant le cœur du petit et grand réel à la première vue de mon hélio, traversant en un instant l'Univers entier, que mon esprit à reçu l'illumination concrète du désir de Dieu, la vraie Vie pour tout le monde en toute sa Création, confirmée ensuite par la vision de son Verbe Créateur en action et de nombreuses invitations à surfer X en son cœur incréé pur.

C'est hélas après deux mois de travail acharné pour fonder le DXA que le chiel, toujours à l'affût du moindre esprit humain touché par GEI, a fondu sur moi comme un charognard affamé et m'a embobiné par ses locutions en Eglise pour me posséder et profiter des richesses que GEi a déposé en mon cœur ... après en avoir parcouru l'éventail complet, les 16 ans de perdus en cette Eglise si peu catholique ne m'ayant strictement rien appris de plus que les satori astro de GEI, j'ai donc décidé de laisser tomber toutes ces impostures chielleuses, aussi universelles que bidon, uniquement nécessaires au chiel pour tenir les gens et détourner la si riche vie du Grand Esprit Incréé à son seul profit et pour sa seule domination.

J'ai gardé de tout ceci une approche originale en Astrologie DXA : par ce long travail d'épluchage des infos astrales sans se précipiter à les interpréter, nous préparons le terrain de nos cœurs à GEI, qui reste toujours libre de nous inspirer le sens vrai des significations de son appui, nous invitant à une communion toujours plus profonde avec le système solaire afin de nourrir notre retour vers l'Incréé pur (RIP), le vrai but de l'Astro, car lui, le cœur du Réel, communique tout le temps avec son Créateur, ce qui est loin d'être le cas des créatures !
Il est un moment très particulier, entre la fin des calculs hiérarchiques, la synthèse de l'HérOmbre final et le passage à l'expression interprétative, où il est salutaire d'apprendre à faire "le blanc X". Je tiens alors silence complet en mon esprit, oubliant tout le travail fourni, pour laisser GEI libre de me guider sur le truc essentiel selon Dieu ... et ça marche ! Tel l'alambic d'où coule la goutte de nectar au bout du petit robinet final, la vérité soulevée, aussi contrariante ou gratifiante soit-elle pour le Sujet, est un pur concentré d'Astro X en GEI, d'une densité aussi rare qu'est répandue la soupe subjective des interminables discours astro-peu-logiques !

GEI répond toujours quand on ouvre la porte de son être à ses grâces, mais après avoir fait tout le boulot humain nécessaire ! C'est leçon de sagesse à chaque fois, prouvant l'universelle formule : "Aide-toi et le Ciel t'aidera" ... Par cet instant où le temps suspend son vol, nous découvrons ce que j'ai appelé "la respiration créé/incréé", celle de l'Esprit agissant en nous, si nous le laissons faire et l'écoutons avec grande attention, car sa discrétion est si douce et subtile qu'il est hélas bien trop fréquent de l'oublier, pris que nous sommes par l'élan vital de notre propre être seulement.
Cette "Respi C/I" est d'une importance cruciale pour notre "Retour vers l'Incréé pur" : plus on s'y excerce, et le DXA en redemande à chaque étude, plus nous nous élevons vers Dieu, purifions nos cœurs et nous préparons de fait, dès notre vie corporelle, à le rencontrer directement plus tard ... Au début, cela paraît bien difficile, quoique fort simple, car nous sommes peu habitués à faire de la place en nous au GEI de Dieu, mais au bout d'un certain temps, elle devient aussi naturelle que la respiration physique, nous aide à d'innombrables "choses de la vie" en donnant le recul intérieur nécessaire à la liberté, au courage et à la persévérance.